Séance 30 mars 2024 – Les outils d’acquisition sur le terrain, de représentation cartographique, de partage et de publication des données des PCR Réseau de lithothèques et du GDR SILEX : retours d’expérience (C. Tufféry et al.)

séance initialement prévue le 16 mars, reportée au 30 mars 2024

Séance en distanciel et en présentiel à l’INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, de 10h à 13h, salle Grodecki (Galerie Colbert, rez-de-chaussée) 

  • présentation-discussion de Christophe Tufféry,  en collaboration avec Vincent Delvigne, Paul Fernandes, Céline Bressy-Léandri, Stéphane Renault, Jérémy Garniaux : Les outils d’acquisition sur le terrain, de représentation cartographique, de partage et de publication des données des PCR Réseau de lithothèques et du GDR SILEX : retours d’expérience

télécharger le diaporama de la présentation

Séance du 18 novembre 2023 – La base BALROG : un nouvel outil destiné à l’enregistrement des données archéologiques (J. Courtois et W. Laurent)

Séance en distanciel et en présentiel à l’INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, de 10h à 13h, salle Grodecki (Galerie Colbert, rez-de-chaussée) 

Présentation de la base de données BALROG par Julien Courtois et Wendy Laurent (Pôle d’archéologie de la ville d’Orléans).

Télécharger le résumé de la présentation

Télécharger le diaporama de la présentation

Télécharger le compte-rendu de la présentation

 

Calendrier prévisionnel 2023-2024 mis à jour

Le contenu des séances est évolutif, en fonction des demandes de présentation et discussion de projet. Pour y assister, contacter l’équipe : bruno.desachy@univ-paris1.fr ; juliecatherine.gravier@gmail.com ; lea.hermenault@gmail.com ; anais.pinhede@hotmail.fr

  • séance 1 : 18 novembre : La base BALROG : un nouvel outil destiné à l’enregistrement des données archéologiques (J. Courtois et W. Laurent)
  • séance 2 : 13 janvier : des nouvelles du Stratifiant épisode 1 (B. Desachy)
  • séance 3 : 10 février : des nouvelles du Stratifiant épisode 2 (B. Desachy)
  • séance 4 : 30 mars : Les outils d’acquisition sur le terrain, de représentation cartographique, de partage et de publication des données des PCR Réseau de lithothèques et du GDR SILEX : retours d’expérience (C. Tuffery)
  • séance 5 : 20 avril : enquête et questionnaire “Enseignement et pratique des méthodes quantitatives en archéologie” : premiers retours (L. Saussus, J. Gravier, B. Desachy)
  • séance 6 : 11 mai : présentation de Lizzie Scholtus (Le projet XSCAPE Material Minds un an après, avancées et premiers résultats) ;
  • séance 7 : 15 juin : séance déconcentrée à Chartres : matin :  présentation du projet SIAMOIS (A. Pinhède) ; après – midi : présentation de Pablo Ciezar (traitements sur les moletttes d’Argonne) + boite à outils : package R d’analyse morphologique en archéologie (J. Gravier) :

17 juin 2023 – séance délocalisée à Noisy-le-Grand : le projet Nécropole Numérique sur la fouille des Mastraits (R. El Hajaoui, C. Font, T. Guillemard, C. Le Forestier, F. Mercey, C. Seng)

la séance aura lieu samedi 18 juin de 10 à 12h 30, en présentiel à la Maison Pour Tous Marcel Bou, 8-10 rue du Docteur Sureau, 93160 Noisy-le-Grand, et en distanciel ;

(La maison pour tous se situe juste en face du site et son jardin accueille une partie des activités pour les JEA. La gare RER A de Noisy Mont d’Est se situe à 10 minutes à pied)

 

rapport d’activité 2021-2022 sur HAL

résumé – annonce de la présentation

Séance du 18 mars 2023 – PACO, une fonction pour classer les données archéologiques sous R : quel avenir à cet outil ? (M. Philippe)

Séance en distanciel et en présentiel à l’INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, salle René Jullian de 10h à 13h.

Résumé : La fonction PACO (Partionning Archaeological Chaînes Opératoires) a été développée dans le cadre d’un travail doctoral s’intéressant aux chaînes opératoires de fabrication des céramiques (Philippe, 2018).

L’identification des chaînes opératoires nécessite de plus en plus la prise en compte d’une grande quantité de variables qualitatives, permettant de détailler plus encore les manières de faire des potiers. Paradoxalement, les outils de traitement et de modélisation adaptés à ces données en archéologie sont encore peu développés. En effet, les bases de données comprennent de nombreuses valeurs indéterminées, dues entre autres aux conditions de conservation, tandis que la variabilité à documenter peut être très grande. Dans ce cas, identifier des chaînes opératoires à partir des multiples variables techniques enregistrées est un travail long et fastidieux s’il n’est pas automatisé.

Plusieurs problèmes méthodologiques étaient donc posés dans le cadre du travail doctoral :
– Comment identifier rapidement et efficacement les chaînes opératoires à partir d’un jeu de données ?
– Dans le cas où de très nombreuses chaînes opératoires différentes sont identifiées, faut-il regrouper les plus similaires en classes ? Comment définir cette similarité ?
– Comment représenter les résultats ?

Pour les solutionner, une fonction portant l’acronyme PACO a été construites sous R. Inspirée des recommandations du manuel de technologie céramique de Valentine Roux (2016), il s’agit d’un processus de partitionnement itératif traitant une à une les variables comportant le plus de valeurs identiques. La visualisation sous forme d’arbre est réalisée via le package data.tree. Cette manière de hiérarchiser les variables en fonction de la donnée disponible, et non pas de leurs enchainements relatifs dans le processus de fabrication ni d’un a priori issu des observations ethnographiques, est une première réponse aux problèmes de gestion des indéterminations dans les assemblages archéologiques. La fonction organise les données et met en relief le degré de normalisation et de variabilité technique de l’assemblage.

Depuis 2018, plusieurs chercheurs en anthropologie des techniques ont manifesté leur intérêt pour un tel outil. En réalité, cette méthode de traitement automatisé de grands jeux de données lacunaires serait transférable dans un large panel de disciplines et thèmes de recherche liés à l’archéologie, où aucun outil similaire n’existe. Pour combler ce manque, il serait utile que PACO soit amélioré et mis à disposition de la communauté. Cette communication permettra de présenter l’outil tel qu’il existe dans son état actuel, de discuter avec les participants des possibilités de test et de développement, lui permettant de s’adapter à des problématiques et des jeux de données plus variés, et d’inventer les conditions concrètes de mise en œuvre de ce projet.

Références citées :

Philippe 2018 : PHILIPPE M. (2018) – Les traditions techniques céramiques de la vallée du Rhin supérieur entre Xe et VIIIe siècles av. J.-C. : essai d’un outil automatisé de partitionnement de chaînes opératoires (PACO), thèse de doctorat, Université de Bourgogne Franche-Comté, Dijon, 515 p.
Roux 2016 : ROUX V. (2016) – Des céramiques et des hommes : décoder les assemblages archéologiques, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 415 p.

Télécharger le résumé de la présentation

Télécharger le compte-rendu de la présentation

Télécharger le diaporama de la présentation

Séance du 18 février 2023 – Deux présentations de L. Scholtus

La séance aura lieu en distanciel et en présentiel à l’INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, salle René Jullian de 10h à 13h.

Présentation boîte à outils de Lizzie Scholtus sur ArkeOpen

Suivie d’une autre présentation-discussion, intitulée : Le projet XSCAPE Material Minds, Comment percevons nous le monde qui nous entoure ?

Télécharger les résumés des présentations

Séance du 4 février 2023 – Ce que le numérique fait à l’archéologie (C. Tuffery)

La séance aura lieu en distanciel et en présentiel à l’INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, salle René Jullian de 10h à 13h.

Présentation de Christophe Tufféry, intitulée : Ce que le numérique fait à l’archéologie et aux archéologues. Contribution historiographique et épistémologique à l’étude des évolutions d’une discipline et de ses pratiques en France depuis les années 1970

Télécharger le résumé de la présentation

Issue de sa thèse déjà accessible sur HAL-TEL (!) : https://hal.science/tel-03936983

 

Séance du 10 décembre 2022 : boites à outils (SpacetimeLPP : un package R en cours de développement par J. Gravier ; Des nouvelles du Stratifiant : correction de bogues et avancement par B. Desachy)

télécharger le résumé de la présentation de Julie Gravier (Spacetime_LPP)

la séance aura lieu en distanciel et en présentiel (institut d’histoire de l’art et d’archéologie, 3 rue Michelet, 75006 Paris, salle 313), à partir de 9H30, et se terminera à 11h45

Calendrier 2022-2023

Le contenu des séances est évolutif, en fonction des demandes de présentation et discussion de projet. Pour y assister, contacter l’équipe : bruno.desachy[at]univ-paris1.fr , juliecatherine.gravier[at]gmail.com, lea.hermenault[at]gmail.com

  • séance 1 : 10 décembre
  • séance 2 : 4 février
  • séance 3 : 18 février
  • séance 4 : 18 mars
  • séance 5 : 15 avril
  • séance 6 : 13 mai
  • séance 7 : 17 juin

séance du 18 juin 2022 – Transmission, appropriation et reconfiguration d’un ancien système d’information archéologique, SysDA (A. Pinhède)

télé-séance 10h-12h

résumé : Le Système Documentaire en Archéologie (SysDA), créé en 1988 suite à l’appel d’offre « Archives de fouilles », gère les données scientifiques et administratives de plus de 600 opérations archéologiques réalisées sur le territoire de Chartres métropole. Après 30 ans de développement et de maintenance assurés par son concepteur, Dominique Joly, la base de données est aujourd’hui administrée par la Direction de l’archéologie. Cette présentation détaillera les modalités de transfert des compétences et de prise en main de l’outil ainsi que le travail en cours de refonte du système d’information (simplification et analyse des besoins en vue des évolutions ultérieures).

télécharger le compte-rendu de la présentation

télécharger le powerpoint de la présentation

séance du 16 avril 2022 – projet d’études des molettes d’Argonne (P. Ciezar)

télé-séance 10h-12h ; présent.e.s : Pascale Ballet,  Pablo Ciezar, Bruno Desachy, Sabine Dupuy, Julie Gravier, Amaury Havé, Léa Hermenault, Louis Hugonnier, Ingrid Renault, Luc Sanson,

présentation-discussion : utilisation d’une distance d’édition comme indicateur de similarité entre molettes – essai avril 2022 (Pablo Ciezar – Inrap – UMR ArScAn – équipe GAMA)

(résumé de la présentation et des discussions) :

Le présent essai vise à obtenir un ou des indices permettant de quantifier les similitudes ou les différences entre différents décors à la molette sur sigillées d’Argonne et imitations. Une séquence ou molette est formée par une juxtaposition finie de casiers distincts décorés par des motifs. Le décor se déploie de manière cyclique sur les parois d’un vase formant des galons. Le répertoire de ces décors permet de constituer un corpus  de près d’un millier de combinaisons (Bakker et al. 2018). Parmi ces combinaisons de nombreux exemples entretiennent une « proximité » visuelle qui leur donne une familiarité certaine. Des classifications ont souvent été entreprises pour permettre une présentation « ordonnée » de ces répertoires. L’objectif proposé ici est de rechercher un indicateur qui permette de quantifier la similarité entre les molettes.

Chaque motif est identifié par un code numérique, une séquence est alors codée par la juxtaposition ordonnée de ces codes et un séparateur alphanumérique. Les séquences codées sont transformées en une chaîne caractère où chaque identifiant de motif est transformé en un caractère unique en utilisant un plan Unicode continu (en l’occurrence à titre expérimental les caractères Unicode codés de U+4000 à U+4FFF – Sinogrammes unifiés CJC – supplément A – 2e partie).

Les séquences ainsi transformées peuvent être comparées deux à deux en utilisant le package Stringdist de R (Loo 2014). Cette librarie implémente plusieurs méthodes de comparaison (https://www.rdocumentation.org/packages/stringdist/versions/0.9.8/topics/stringdist-metrics). 

Nous retenons pour cet essai principalement deux indices : l’indice « cosinus »  et l’indice « Jaro». Le premier associe les différentes séquences par leurs composants, le second fournit une gradation progressive non seulement selon les composants mais aussi selon la position des éléments.

L’algorithme de comparaison utilisé tient compte des rotations nécessaires et de la permutation des deux termes à comparer. Il calcule et retient la plus petite distance obtenue pour chaque paire. Un tableau de distances pour un échantillon de molettes peut être proposé et utilisé comme source pour une analyse de données.

Ce tableau est doublé par un autre de mêmes dimensions qui développe les deux termes à comparer afin d’obtenir des paires de même longueur. L’accroissement de la longueur des chaînes amplifie l’impact des différences.

Les questions soulevées et les suggestions évoquées lors des discussions suite à la présentation de cette expérimentation envisagent :

• de tenir compte, dans l’algorithme de comparaison, de la dispersion des mesures en plus du minimum actuellement retenu.

• d’éviter le bruit qu’un recours inapproprié à une AFC a conduit à amplifier, en procédant à l’utilisation directe au tableau de distances obtenu pour un échantillon de molettes d’une classification automatique.

• de réviser la description des motifs selon un processus qui, utilisant l’analyse des données, permette de nuancer les distinctions tranchées que la codification entraîne.

P. Ciezar

Références

Bakker et al.2018
Bakker L., Dijkman W., Van Ossel P., « Le corpus des décors à la molette sur céramique sigillée d’« Argonne » de l’Antiquité tardive », in SFECAG – Actes du congrès de Reims, 10-13 mai 2018, La céramique en Champagne : production, diffusion et consommation, vol. 1, Marseille : SFECAG, pp. 211-222.

Loo 2014
Loo M. P. J. van der, « The stringdist Package for Approximate String Matching », R J., 6, 1, pp. 111-122.

Séance du 5 mars 2022 – archéologie des gestes à Pompéi (F. Fouriaux)

télé-séance 10h00 – 12h00

présentation- discussion : Identifier les gestes dans les niveaux de fréquentation d’un espace funéraire: l’exemple de la nécropole de Porta Nocera à Pompéi (François Fouriaux)

annonce-résumé téléchargeable ici ;

compte rendu de la séance téléchargeable ici ;

séance du 22 janvier 2022

présentation – discussion : Les statistiques en contexte artisanal urbain et humide : la rue Jean Fleuret à Bordeaux (Vanessa Elizagoyen)

La fouille exceptionnelle d’un atelier de traitement des peaux et de confection d’objets en cuir durant les deux premiers siècles de notre ère a été conduite par l’Inrap en 2011 dans un contexte préventif. Elle a été l’occasion de collecter des milliers d’artefacts conservés en milieu humide et bien positionnés en stratigraphie grâce à une séquence de 50 cm d’épaisseur couvrant un siècle, précise et bien documentée du point de vue chronologique. Une approche statistique multidimensionnelle effectuée dans le cadre de l’analyse de ces données permet de retracer les activités de l’atelier, ainsi que leur évolution au cours du temps, avant l’abandon d’un espace progressivement envahi par les eaux.

compte-rendu à venir prochainement !