compte-rendu de présentation-discussion : un outil de base de données pour l’enregistrement et la description des décors à la molette sur sigillée d’Argonne, dérivées et imitations ainsi qu’une aide à l’identification.

Pablo Ciezar (séance du 14 mars 2020)

Résumé

Le projet Corpus des décors à la molette sur céramiques sigillées dites d’Argonne de l’Antiquité tardive est un projet conduit depuis les années 1990 par Paul Van Ossel, Lothar Bakker et Wim Dijkman qui vise à constituer un catalogue cohérent de décors caractéristiques qui ornent des vases produits dans les ateliers d’Argonne et leurs imitations régionales.

Afin d’appuyer cette recherche, une base de données a été bâtie et a évolué avec les différentes perspectives qui naissaient avec l’émergence de nouvelles problématiques. Cet article développe un exposé réalisé en 2020 dans le cadre du séminaire SITraDA animé par Bruno Desachy, Julie Gravier et Léa Hermenault qui décrivait un état de l’outil d’enregistrement. Après avoir introduit le contexte de réalisation de la base de données et de certains choix opérationnels ayant conduit au choix du logiciel FileMaker Pro, la structuration générale de la base de données est décrite puis sont exposées quelques options retenues pour traiter plusieurs aspects des données (nature des décors, chronologie, classifications anciennes, données des mesures ou dénombrements, gestion des images).

L’articulation des différentes tables (motifs, inventaire général, diffusion, sites et contextes) est détaillée et quelques outils d’interface ou fonctionnalités sont évoqués (aide à la navigation, aide à l’identification des molettes, illustration cartographique des diffusions).

La base de données, qui agrège et sédimente toutes les évolutions et perspectives depuis le début du projet, accompagnera, après un effort de réduction et de simplification, la publication du Corpus.

télécharger le document PDF 
télécharger le document (dépôt HAL)
voir article séance du 14 mars 2020

 

Compte rendu de présentation – discussion : production, gestion et diffusion des données spatiales de la Direction de l’Archéologie de Chartres Métropole : BDD, SIG et webmapping

Anaïs Pinhède (séance du 18 avril 2020) 

Du relevé de tranchée de diagnostic ou du «fait» archéologique à la composition de cartes, l’archéologue produit de nombreuses informations spatiales. La question du stockage, de la gestion et de la diffusion (scientifique et grand public) de ces données est ainsi primordiale pour une structure d’archéologie préventive. Avec l’élargissement en 2018 de son territoire d’investigation à soixante-six communes et la généralisation de l’emploi des logiciels de SIG, la Direction de l’Archéologie de Chartres Métropole souhaite modifier ses pratiques et actualiser son système d’information géographique.

Après un bref exposé de la situation actuelle, ses avantages (données spatiales précises, mise en place sur Chartres d’une Synthèse Archéologique Urbaine – SAU) et ses inconvénients (perte du géoréférencement des plans produits par les archéologues, difficile connexion avec la base de données SysDA, etc.), cette présentation s’articule sur trois points : la production de l’information spatiale lors de la phase étude et rapport : modification des pratiques des agents de la Direction de l’Archéologie (utilisation progressive du logiciel de SIG après formation) ; la gestion de ces données via la base de données en cours de développement : MCD, MLD/MPD sous PostgreSQL, formulaire de saisie sous QGIS ; enfin, leur diffusion : projet de convention d’échange des données spatiales avec l’INRAP et mise en place d’une carte archéologique interactive scientifique et grand public.