séance du 18 juin 2022 – Transmission, appropriation et reconfiguration d’un ancien système d’information archéologique, SysDA (A. Pinhède)

télé-séance 10h-12h

résumé : Le Système Documentaire en Archéologie (SysDA), créé en 1988 suite à l’appel d’offre « Archives de fouilles », gère les données scientifiques et administratives de plus de 600 opérations archéologiques réalisées sur le territoire de Chartres métropole. Après 30 ans de développement et de maintenance assurés par son concepteur, Dominique Joly, la base de données est aujourd’hui administrée par la Direction de l’archéologie. Cette présentation détaillera les modalités de transfert des compétences et de prise en main de l’outil ainsi que le travail en cours de refonte du système d’information (simplification et analyse des besoins en vue des évolutions ultérieures).

télécharger le compte-rendu de la présentation

télécharger le powerpoint de la présentation

Compte rendu de présentation – discussion : production, gestion et diffusion des données spatiales de la Direction de l’Archéologie de Chartres Métropole : BDD, SIG et webmapping

Anaïs Pinhède (séance du 18 avril 2020) 

Du relevé de tranchée de diagnostic ou du «fait» archéologique à la composition de cartes, l’archéologue produit de nombreuses informations spatiales. La question du stockage, de la gestion et de la diffusion (scientifique et grand public) de ces données est ainsi primordiale pour une structure d’archéologie préventive. Avec l’élargissement en 2018 de son territoire d’investigation à soixante-six communes et la généralisation de l’emploi des logiciels de SIG, la Direction de l’Archéologie de Chartres Métropole souhaite modifier ses pratiques et actualiser son système d’information géographique.

Après un bref exposé de la situation actuelle, ses avantages (données spatiales précises, mise en place sur Chartres d’une Synthèse Archéologique Urbaine – SAU) et ses inconvénients (perte du géoréférencement des plans produits par les archéologues, difficile connexion avec la base de données SysDA, etc.), cette présentation s’articule sur trois points : la production de l’information spatiale lors de la phase étude et rapport : modification des pratiques des agents de la Direction de l’Archéologie (utilisation progressive du logiciel de SIG après formation) ; la gestion de ces données via la base de données en cours de développement : MCD, MLD/MPD sous PostgreSQL, formulaire de saisie sous QGIS ; enfin, leur diffusion : projet de convention d’échange des données spatiales avec l’INRAP et mise en place d’une carte archéologique interactive scientifique et grand public.